Abstinence cigarette
admin Publié le 10:22

Abstinence cigarette : Agir en faveur de sa santé

On n’entend pas d’éloge sur le fait de fumer. Au contraire, les inconvénients en pleuvent et sont souvent associés à des soucis de santé vers les questions mortelles. Mais vous n’êtes pas le seul fumeur de ce monde, et des personnes affranchies existent bel et bien. Nous avons alors regroupé en ces quelques paragraphes, les astuces pour se libérer de l’emprise des cigarettes.

La conviction, le catalyseur du changement

Le fait de fumer a été initié par une volonté, il en va même de s’abstenir. On entend souvent que c’est la clé du changement, peu importe l’ère où on vit, mais actuellement cela reste encore valable. « Connaître » n’est pas pour autant « agir ». La personne qui dit « je sais que cela nuit ou nuira à ma santé, mais j’ai du mal à me débattre » n’est pas jugée comme prête à changer. C’est juste une excuse pour s’éloigner de la moralité venant de son entourage. Changer dépend avant tout que de vous, mais n’attendez pas que les conséquences sur la santé deviennent plus prononcées.

Les premiers pas sont à encourager

Préférez d’aller progressivement en diminuant le nombre de cigarettes fumer. Une seule tige est déjà un effort gigantesque ! Rappelons les premiers moments : déclencheurs. Fatigue, pressions, tristesse ou odeur agréable très tentante, faites-en sorte d’aménager votre hygiène de vie pour les éloigner. Il est important de comprendre que la vie du non-fumeur est totalement différente du vôtre. Posez-vous alors les bonnes questions. Que ferais-je de mes cendriers ? Mes pauses avec mes amis fumeurs pour s’éclater et partager nos tristesses seront-elle bannies ? Lorsque j’aurai trop froid, y a-t-il d’autres alternatives pour se réchauffer convenablement ? Que ferai-je pour maîtriser la pression au boulot ?

Le temps d’un cigare, faites-vous plaisir !

Les réponses aux questions posées doivent venir de vous, les solutions surmesures sont rares. Faites alors part de vos envies à vos proches pour qu’ils puissent vous aider. Aménager vos pauses de manière à adopter un autre geste non contradictoire (grignoter, boire de l’eau, discuter au téléphone ou sur les réseaux sociaux avec des amis, écouter de la musique). Les disponibilités tant recherchées sont maintenant acquises. À la maison ou au bureau, préférez-les déco au lieu du cendrier. Quand vous risquez de rechuter, penses aux efforts déjà fournis et les risques sanitaires encourus. Si parfois, l’envie de se faire aider vous est venue à l’esprit, n’hésitez pas à recourir la méditation, soutien d’un psy, ou alternative médicaux.

Soyez réaliste

Votre corps essaie de résister jusqu’au moment où les premiers signes de défaillances apparaissent. N’attendez pas que ce jour vienne, agissez ! Prenez conscience que les atteintes sont parfois irréversibles. Et une fois malade, votre autonomie sera doutée autant pour votre employeur que votre famille. Constatez que dès que vous avez fait part de votre envie de changer, votre entourage ou proche a commencé à vous soutenir. Ils ont confiance en vous, et cela dans votre grand intérêt. Les décevoir serait inconcevable et vous entraînera plus de dérision.